Cambriolage

Ils sont entrés par la porte. Tout simplement. Sauf qu'ils l'ont ouverte avec une tournevis, d'après la police (pas d'autres avis des syndicats). 

Ils sont entrés par la porte et et ils ont ouverts tous nos placards. Ils ont étalés notre vie au sol, fouillés dans chacune des boites et n'y ont trouvé que ce qui était indiqué dessus : du riz, des gateaux, des bonnets, du cirage à chaussures, des élastiques à cheveux et des barrettes. 

Ils ont ouvert l'armoire de la chambre d'amis et j'aurais aimé voir leur tête devant tous ces cartons indiquant "0-6mois" ou "2ans"

Ils ont ouvert une boite à bijoux et ont trouvé mon maquillage. Je n'ai pas de bijoux. 

Ils n'ont rien pris. Nous n'avons pas grand chose qui ait une grande valeur. Je les imagine ouvrant chaque tiroir et chaque placard, pestant contre ce qu'ils trouvaient. 

Le bien qui a une vraie valeur marchande c'est notre maison, celle dans laquelle nous investissons un tiers de nos revenus pour toucher du doigt ce vieux rêve français d'être propriétaire. Ils n'ont pas pu partir avec, mais ils ont violé son seuil. 

Ils ont sali notre cocon douillet avec leurs sales pattes et leurs mains baladeuses. Ils ont fait peur aux filles qui ont l'impression d'entendre régulièrement du bruit à l'étage ou dans une pièce vide...il faut alors vérifier que personne n'y est. 

Ils n'ont rien pris, mais ils sont partis avec beaucoup : notre liberté d'esprit, notre sentiment de sécurité. 

Il faut maintenant vivre l'après avec le sentiment que nous allons devoir nous barricader pour nous sentir en sécurité.  

Retour à l'accueil