source : pixabay

source : pixabay

Elle a commencé le 1er juin. Ce jour là, nous avons vécu à 4 une journée banale entre école, cours de danse et réunions diverses avant une nuit extraordinaire qui a commencé dans les douleurs des contractions et fini avec la rencontre avec notre petit garçon. 

Comme celles que nous avions vécu avec ses sœurs, cette rencontre a été extraordinaire. Ce moment suspendu dans le temps où un nouvel être vient au monde. A chaque naissance, j'ai vécu ce moment de manière très intense. Ce n'est pas rien de donner la vie. 

Nous sommes 5. 

Les 5 doigts de la main. 

Il faut retrouver un équilibre, organiser nos horaires. 

La voiture est pleine, notre vie aussi. Nous sommes au complet. 

Certes, il y a les nuits trop entrecoupées, la fatigue, les lessives qui tournent en boucle et la maison jamais rangée. 

Mais il y a aussi ces grandes sœurs qui se chamaillent le droit de porter petit frère, ces bisous données à la dérobée alors que j'avais dit "ne l'embêtez pas, il vient de s'endormir". Il y a ses joues rondes qui se précipitent sur mon sein et son sourire de contentement à la fin de la tétée. 

Nous sommes 5. 

C'est un bazars phénoménal, c'est une course permanente, c'est le sentiment que jamais rien ne sera fini, mais c'est doux, c'est beau, c'est un concentré d'amour réuni autour de ce petit être de 4kg. 

Nous sommes 5... et c'est juste du bonheur. 

Alors on savoure, en se disant que ce seront les dernières nuits entrecoupées, le dernier petit cou qui sent le lait. 

On savoure chaque instant car chaque instant d'une nouvelle vie est beau. 

(et pour des actus en directs, suivez moi sur facebook!)

 

Retour à l'accueil