Un fils

L’échographe a dit « c’est un petit garçon » et j’ai regardé mon mari avec étonnement.

Un garçon.

J’ai réalisé à ce moment-là que je m’étais intimement persuadée que c’était une fille (intuition maternelle quand tu nous tiens). Pas parce que je voulais une fille, mais parce que j’avais l’impression que nous aurions 3 filles.

 

Un garçon.

 

Cela m’a fait bizarre pendant quelques jours.

 

Un garçon.

 

Moi qui suis intellectuellement persuadée qu'il n'y a pas de différence entre une fille et un garçon, j'ai eu un doute subitement : et si je me trompais? et si c'était vraiment différent?

 

Je pense notamment à l’adolescence, à cette période de changements intenses où les questionnements sont fréquents. Pourrais-je répondre à un garçon ? Saurais-je l’accompagner ?

 

Comment on change la couche d’un garçon ? Comment on donne le bain à un garçon ?

 

Et un jour je deviendrai « belle-maman »…la mère de l’homme. Tout un programme.

 

Contrairement aux filles, je ne serai pas sa référence. Ce n'est pas mon exemple qui déterminera sa "masculinité".

 

Beaucoup de questions se sont bousculées dans ma tête.

 

Et puis le week-end suivant l'échographie, pendant que je faisais de la peinture, j'ai entendu Paparose dire à Rose qui était dans le jardin "arrête de donner des coup de pieds aux poules! et ne leur cours pas après avec un baton, tu leur fait peur!"

Et je me suis souvenu que cela ne changeait pas grand chose que ce soit un garçon (si ce n'est que je ne sais toujours pas changer la couche d'un garçon!).

 

Je regarde ces petites robes que je ne lui mettrai pas. Elles vont partir vers d’autres bébés.

Et j’attends avec impatience de commencer un nouveau chapitre avec un petit frère à la maison.

Retour à l'accueil