Il a dit "il va falloir opérer"

On a dit "ha bon?"

Il a dit "voila comment ça se passe"

on est devenu blanc

Il a dit "voici les risques de l'opération"

On a dit "heu on peut réfléchir?"

On a réfléchi, mais il avait raison, il faut opérer. Alors on se prépare, on s'organise.

L'hospitalisation d'un papa c'est pas rien, surtout quand la famille n'est pas tout près. Il faut organiser la garde des filles, prendre des congés, faire les papiers d'admission, les demandes de prises en charges, les papiers de mutuelle. 

Je réalise chaque jour qui passe à quel point nous avons de la chance d'avoir une sécurité sociale...mais à quel point ce système est fragile. 

Alors je cours encore un peu plus que d'habitude...

Parce qu'il y a le travail (heureusement j'ai pu poser des congés et j'ai des collègues qui me soulagent un maximum!), les filles (d'habitude ce n'est pas moi qui gère le trajet du soir, et ça change tout!), l'élection à venir (je passe mon temps libre à tracter), la kermesse de l'école (bien sûr je me suis proposée pour aider vu que les parents qui ne travaillent pas n'ont pas le temps...ils doivent s'occuper de leurs enfants - chez moi, c'est la fée bleue qui gère comme chez toutes les mamans qui travaillent), il y a les réunions des associations qui tombent toutes en mars (va savoir pourquoi!), il y a le ménage, les courses (on me dit que normalement la fée bleue s'en occupe aussi chez les mamans qui travaillent). 

Encore un moment où je me demande pourquoi je dis oui à tout et où je me dis que j'ai bien fait de prendre un petit week-end pour respirer!

Heureusement, c'est le printemps!

 

 

Tu t'ennuies pas trop? "non ça va, je suis occupée"
Retour à l'accueil