Et réaliser ce que l'on a

J'ai regardé cette alliance à ma main droite. La sienne. Celle que j'ai passé à son doigts il y a 7 ans. Et même si je lui avais répété pendant plus d'une semaine que statistiquement, les risques sont minimes, je me suis imaginé ne plus jamais l'enlever. 

La vie ne tient pas à grand chose. Notre vie. Cette course permanente, les énervements et les rires, les joies et les peines, les câlins et les disputes. Notre vie. Celle que nous avons créée au fil des années. A laquelle nous avons ajouté deux autres vies parce que nous voulions multiplier notre amour. 

J'ai eu peur, même si je ne l'ai pas dit. 

J'ai fait la fille sûre d'elle "t'inquiète pas, ce n'est qu'une petite opération, une broutille, ils en font 4 par semaine alors autant te dire qu'ils font ça les doigts dans le nez". Mais j'espérais quand même qu'ils enlèvent leur doigts du nez pour l'opérer Lui. 

Au fond de moi, une petite voix me disait "et si..."

Et si jamais il se passait une des choses listées dans cette petite fiche timidement intitulée "risques et événements indésirables"? 

Et notre vie pouvait basculer. 

Il est de ces moments où on réalise que l'on aime ce que l'on a.

Pourtant, la semaine dernière j'ai crié  "j'en ai marre de cette vie de merde!" parce qu'il était 8h30, qu'on était en retard pour les l'école, que les filles n'avait pas envie de mettre leur chaussures et que j'avais perdu mes clefs....A ce moment là j'aurais voulu vivre autre chose, sans enfants, sans mari, sans maison à nettoyer, sans clefs de voiture, sans contraintes. 

Mais en fait, je l'aime cette vie. 

Il faut parfois des évènements indésirables pour le réaliser. Alors maintenant que tout est (presque) rentré dans l'ordre, que l'alliance est revenue à son doigt, il est temps de profiter de ce que l'on a. Que les clefs soient sur la table ou pas. Que l'on soit à l'heure ou pas. 

Retour à l'accueil