Pendant longtemps j'ai pesté contre la féminisation des professions. je disais :  "Ecrivaine, c'est nul comme mot", "maîtresse de conférence, c'est pas sérieux", "cheffe, je vois pas l'intêret"

Et puis récemment j'ai lu les résultats d'une étude qui indiquait que les petites filles dès 6 ans se considéraient comme moins intelligentes que les garçons et avaient tendance à estimer que si elles étaient bonnes à l'école c'était parce qu'elles travaillaient alors que les garçons pouvaient être bons sans travailler. 

Et si les petites filles se considèrent comme moins intelligentes c'est aussi parce que quand on leur présente des inventeurs, des scientifiques, ce sont des hommes. Historiquement c'est logique puisque pendant longtemps, les femmes n'ont pas fait d'études et n'ont donc pas fait partie de l'élite intellectuelle. Et pour le faire il leur fallait parfois prendre un nom d'homme (je suis la seule enfant qui a cru longtemps que George Sand était un homme?)

Alors maintenant je dis et j'écris dans mes signatures de courrier que je suis docteurE, je lis des livres d'écrivains et d'écrivainEs, je rencontre des maitrESSEs de conférence et des chercheurEs. Ce E est important car il permet aux filles de s'identifier de ne pas considérer qu'un métier valorisant est réservé aux hommes car masculin. 

Car demandons-nous :

Pourquoi maitre de conférence donne une image intelligente, sérieuse de la profession et pas maîtresse de conférence ? Pourquoi écrivain ou romancier nous incite à penser que la personne a du talent et pas écrivaine ou romancière ?

De la même manière, pourquoi quand ma belle-mère dit "Je vais appeler papa!" on entend "papa va venir te gronder" et quand elle dit "je vais appeler maman!" on entend "maman va venir s'occuper de toi, te calîner"? 

Pourquoi quand le docteure avec qui je travaille entre dans la chambre avec l'infirmier, le patient l'écoute puis se tourne vers l'infirmier pour "demander au docteur ce qu'il en pense"? Et pourquoi on dit toujours "infirmière" dans le langage courant alors que grammaticalement le masculin est censé toujours l'emporter et que donc un seul homme infirmier suffit à ce qu'on dise "infirmier". 

Parce que sans même nous en rendre compte, nous baignons dans un vocable sexiste. 

Donc féminiser les noms, les professions, ce n'est pas un combat idiot, c'est un combat féministe. 

 

Retour à l'accueil