paysage (http://ot-puisaye-forterre.fr/)

paysage (http://ot-puisaye-forterre.fr/)

Quand j'ai garé la voiture, j'ai vu une silhouette derrière la porte.

Ils m'attendaient.

Il était tard, trop tard. Mais ils m'attendaient.

Ils étaient fatigués, s'étaient un peu endormis sur le canapés, mais ils m'attendaient, réveillés au bruit du moteur dans la cour.

Je leur ai raconté la rentrée des classes de leurs petites filles, mon travail.

j'ai retrouvé mes gestes d'adolescente : la porte de la salle de bain que l'on pousse doucement pour ne pas faire teinter les cintres qui sont posés derrière, la porte du placard de l'entrée qu'il faut ouvrir en appuyant sur le haut pour éviter le bruit, les volets qui claquent quand on les ouvre avec ce bruit que je n'ai jamais trouvé ailleurs.

J'ai compté les heures au carillon de l'horloge du village.

J'ai écouté le village se réveiller.

Je me suis levée et je les ai entendu se lever peu de temps après. Il était tôt. Ils étaient là.

Je vis ma vie, loin, autonome. Mais ils sont là. Je sais qu'ils sont là. Même si nous ne les voyons pas souvent. Ils sont là et surtout ils seront toujours là.

Et parfois, depuis le décès de mon grand-père, je réalise que ce toujours ne veut pas dire vraiment toujours.

et je me dis alors que face à eux, je serai toujours une enfant, même mère, même (qui sait?) grand-mère, je serai toujours une enfant qui croit à l'immortalité de ses parents.

Retour à l'accueil