Evacuons les enfants...

La pré-rentrée a pris des teintes de peur : faut-il des policiers? comment protéger les écoles?

Et une mesure a été mise en avant : les enfants seraient préparés. 3 exercices d’évacuations devront être faits au cours de l'année. J'avoue que quand j'ai entendu parler de cette mesure, j'ai pris peur. Mes filles ont 6 et 3 ans. Elles ont peur facilement, font des cauchemars et font même des terreurs nocturnes quand la journée a été spécifiquement intense que ce soit en bonheur, en peur ou en tristesse.

Ce soir, à la réunion de rentrée, la maitresse de Rose nous a expliqué qu'elle ne ferait pas les exercices anti-terroristes tels qu'ils étaient préconisés. Elle fera des exercices d'évacuation et de confinement, mais les adultes seuls auront le scénarios et devront prévoir "si jamais quelqu'un entre, qui ferme la porte de devant, qui ferme la porte de derrière, par où on fait sortir les enfants". Les enfants feront des exercices de regroupement en silence dans une salle (confinement) et d'évacuation.

Tout cela me semblait déjà suffisant.

La question fut posée : mais en quoi, vous ne respectez pas les directives?

Voici les directives reçues par l'école maternelle de ma fille : simulation d'intrusion : "une personne cagoulée entre dans l'établissement et il faut évacuer les enfants"...

!!!!UNE PERSONNE CAGOULEE DANS UNE ECOLE MATERNELLE!!!!

Ils ont 3 à 5 ans!!!! (je vous épargne les gros mots qui finissent ma phrase...)

Je sais que la menace est réelle, je redoute chaque jour qu'une attaque terroriste se produise dans une école. Mais je ne peux pas imaginer que mes filles (et d'autant plus Rose qui n'a même pas encore ses 3 ans) rentrent un jour de l'école et me raconte qu'on a fait "comme si un terroriste entrait dans l'école". J'ai bien lu que plus les enfants seraient habitués, moins cela serait anxiogène mais comment on gère le début, avant qu'ils ne soient habitués, au moment où c'est TRÈS anxiogène? Comment on gère les nuits sans sommeils, les cauchemars, les "je veux pas dormir maman", les "j'ai peur qu'un monsieur nous tue dans l'école"?

Sachant qu'on ne pourra même pas dire que "ça n'existe pas" (ma réponse habituelle au "j'ai un monstre dans ma chambre")

Ou est-ce moi qui ai tort? est-ce qu'il faut les préparer à tout et donc un jour faire une simulation de cambriolage de nuit pour qu'elle se prépare au cas où?

J'avoue, je suis un peu perdue là (et très énervée)....

Retour à l'accueil