8 mars, la journée de la femme. Youpi! aujourd'hui Carrefour m'offre 30% sur les cosmétiques et l'électroménager, Etam m'offre une culotte, Yves Rocher me propose des promo, Renault vente sa twingo, les fleuristes appellent les hommes à offrir des fleurs à leur femme...enfin bon la "journée de la femme" ressemble commercialement à une grande st Valentin à sens unique où seuls les hommes sont pressés d'acheter des cadeaux à leur femme. De préférence des bijoux, des fleurs et des culottes...

Ce détournement commerciale de ce qui doit être la journée des droits de la femme m'a longtemps amené à penser que cette journée ne servait à rien.

J'ai encore parfois des doutes mais vu que les autres jours, l'égalité homme/femme ne semble pas déplacer les foules, il semble qu'une journée pour aborder ces sujets, ce ne soit pas si mal.

Alors bien sur les médias feront sans doute des reportages sur les viols en Inde, sur les exactions au Nigeria, sur l’Afghanistan, peut-être sur l'égalité en France en ressortant des statistiques d'emploi, de salaire, de violence.

Mais finalement à part faire des femmes des victimes encore et toujours à quoi servent ces reportages?

Alors de quoi j'ai envie de parler aujourd'hui?

J'aimerais que plutôt qu'on se demande quelles sont les preuves de l'inégalité homme/femme, on se pose la question du pourquoi. J'aimerai entendre les théories de Maurice Godelier, de Françoise Héritier, de Marie Duru Bellat.

J'aimerais qu'un média n'ait plus honte ou peur de parler du concept de genre, de montrer qu'il ne s'agit pas d'une théorie mais d'un concept, un prisme au travers duquel des chercheurs observent la société.

J'aimerais qu'on parle des publicités qui montrent ouvertement un monde hiérarchisé et binaire où les hommes bricolent tandis que les femmes font la cuisine, où les femmes désirent des choses trop chères et les hommes paient, où les couples semblent soient être sexuellement hyper actifs soit ne plus pouvoir se supporter.

J'aimerais qu'on questionne le fait qu'avoir des filles semblent être (j'allais dire encore aujourd'hui!) un échec.

J'aimerais que chacun s'interroge sur ses propres comportements et comment ils peuvent parfois être sexistes.

Et vous? que voulez-vous pour cette journée du droit des femmes?

Retour à l'accueil