Ce n'est qu'un mot lancé au détour d'une conversation.

Heureusement.

Un mot un seul qui encore une fois m'a amené à culpabiliser. Culpabiliser de travailler, culpabiliser de devoir faire garder mes enfants, culpabiliser de ne pas être une "mère parfaite" (entendez "au foyez").

C'était lors du conseil d'école. J'y assistais avec 4 autres parents (3 mamans et un papa) en tant que représentant des parents d'élève. Alors que je soulevais le problème des horaires de sieste (oui j'ai des problèmes importants dans la vie), je rappelais que certains enfants faisait 8h-18h en collectivité et qu'ils étaient fatigués. Une institutrice indiqua que peu d'enfants de sa classe allait en garderie le soir.

"Heureusement..." a dit une de mes comparses "représentante des parents d'élève".

Je me suis tu pour ne pas polémiquer mais dans ma tête ce heureusement résonne.

Heureusement quoi?

Heureusement qu'il y a du chômage qui met des familles dans des situations difficiles - mais au moins un des parents est à l'école le soir ?

Heureusement qu'il y a des mamans qui s'occupent de leurs enfants - pas comme celles qui bossent et les laissent à la garderie ?

Heureusement qu'il y a des femmes qui choisissent de rester à la maison - sinon où va la société ?

Heureusement que tous les parents ne sont pas comme nous avec deux emplois et pas les grands-parents à proximité.

J'ai souvent le sentiment que la société me reproche le choix de travailler, si tant est qu'on puisse dire que c'est un choix car sans mon salaire nous n'aurions pas le même niveau de vie. Bien sur que moi aussi j'y ai pensé parfois à quitter mon boulot pour m'occuper de mes filles (après chaque accouchement). Mais rapidement il apparaissait que ce n'était pas pour moi. J'ai la chance d'avoir un travail intéressant source d'épanouissement (et je suis consciente que ce n'est pas le cas pour tout le monde). Et puis je tiens à l'indépendance financière que m'offre cet emploi. Et enfin, en tant que maman de filles je tiens à leur montrer par mon exemple qu'être femme ne veut pas uniquement dire être femme au foyer. Je n'ai aucune animosité ou sentiment négatif contre les femmes qui font ce choix, ce n'est juste pas le mien. Malheureusement il semble que l'inverse ne soit pas vrai. Trop souvent des mamans "au foyer" me renvoient l'image d'une mère trop peu présente car travaillant trop. L'image de la mère parfaite est encore trop souvent celle de la mère 100% dévouée à ses enfants - alors qu'on en demande pas la même chose aux pères (sur ce sujet, l'article de maman travaille)

Retour à l'accueil