Un des objectifs de la première année de maternelle est de "devenir élève" ce qui comprend :

  • savoir se séparer
  • écouter des consignes
  • respecter les règles
  • prendre la parole
  • etc...(je ne les connais pas toutes par cœur).

L'institutrice de Fleur a fortement insisté en début d'année que cette première année était aussi une transition pour nous, parents, où nous allions devoir apprendre à devenir parent d'élève.

Alors ça veut dire quoi être parent d'élève?

Pour moi, ça veut dire :

  • être à l'heure - et quand vous n'habitez pas dans la commune où vous travaillez et que vous faites vos trajets en transport en commun, c'est une gageure. Pour moi, être parent d'élève c'est renoncer à mes principes écolo et acheter une deuxième voiture parce que j'en ai marre de voir ma Fleur aller en garderie 5 minutes régulièrement le vendredi soir (seul jour où je vais la chercher) parce que (une fois encore) le bus était en retard/n'est pas passé/n'a pas attendu les gens de la correspondance en retard (si on considère que je regrette régulièrement les transports en commun de la région parisienne, ça vous donne une idée du "comment ça marche" en province).
  • ne pas savoir ce que fait son enfant de ses journées. Avant l'entrée à l'école maternelle je passais au moins 10 minutes chaque soir à discuter de la journée de Fleur à la crèche. Je savais tout ce qu'elle avait fait : les activités, mais aussi le sommeil, à quelle heure elle avait fait caca et ce qu'elle avait mangé. A l'école, j'ai tenté les premiers jours un timide "la journée s'est bien passée?" auprès de l'ATSEM. J'ai obtenu un "oui, oui" qui ne veut pas dire grand chose. J'ai essayé d'interroger Fleur d'un inquisitoire "tu as fait quoi aujourd'hui?" quotidien, ce à quoi elle répondait soit "je sais pas" soit "rien". J'ai donc abandonné aussi. Et finalement ce qui me renseigne le mieux est de la regarder jouer à la maitresse : "bon, mes cocos, on va faire de la peinture. Je donne les pots, vous ne touchez pas tant que je n'ai pas ouvert." 'Toi si tu continues d'embêter ton camarade, tu viens à côté de moi" "je lis l'histoire, on se tait." "Qui a vu le renard dans la page? on lève la main"....avouez qu'en lisant vous avez tout de suite imaginé la maitresse!
  • ne pas connaitre l'ensemble des personnes qui interviennent auprès de votre enfant. Quand on pense école on pense enseignants. Sauf qu'en plus de l'enseignant, et surtout en maternelle, beaucoup de personnes interviennent : l'ATSEM, les ATSEM des autres classes, les dames de la cantine, les dames de ménage, les stagiaires, et avec la réforme les personnes de la mairie gérant les temps d'activités pédagogiques, etc. A la fin de l'année, je ne connais pas tout le monde et je n'ai toujours pas compris comment fonctionnait la cantine et avec qui mangeait Fleur.
  • avoir des horaires de coucher et de lever strict. Fleur a une horloge interne qui fonctionne très bien : elle s'endort à 21h30 et se réveille à 8h30 sauf que...l'école commençant à 8h45, il n'est plus possible de la respecter! (elle avait de la chance je suivais ses rythmes de sommeil les jours où j'étais en télétravail quand elle était à la crèche). Nous avons commencé l'année scolaire en la réveillant à 8h...mais nous étions en retard. Petit à petit nous avons donc avancé l'heure de réveil et le must c'est donc 7h45. Sauf que... elle a besoin de son temps de sommeil. Donc il a fallu avancer l'heure de coucher, donc l'heure de diner. Diner 19h30, coucher 20h30 (pour espérer un endormissement vers 21h). Mais être à table tous les jours à 19h30 sachant que je rentre au moins 2 fois par semaine du travail à 19h, c'est pas facile!
  • être la maman/le papa de...ça c'est vrai aussi à la crèche, mais ça s'exacerbe à l'école. C'est fou le nombre de personnes que je voyais tous les jours et dont je ne connais même pas le prénom!
  • regarder les dessins affichés dans le couloir pour retrouver celui de son enfant et le comparer à ceux des autres (je trouve ça stupide, mais je ne peux pas m'empêcher de le faire. C'est grave docteur?)
  • avoir des réunions à 17h: réunion de rentrée, réunion parents/enseignants. 17h c'est sans doute pratique pour les enseignants (et encore quand j'enseignais, j'aimais bien que les réunions commencent plus tard ça me permettait d'aller chercher mes filles et de les laisser avec leur papa avant de retourner en réunion), mais 17h et sans les enfants ("merci de venir sans vos enfants à la réunion de rentrée") ça aurait signifié chez nous : finir avant 16h30, aller chercher Fleur à l'école et Bouton de Rose chez nounou, les ramener à la maison (à pied tout ça cf mon premier "être à l'heure") et les laisser à leur papa (oui les réunions d'école c'est moi) qui pour être là aurait lui aussi du finir avant 16h30...autrement dit : impossible d'aller aux réunions. (ou alors il faut une nounou qui puisse garder les enfants - sauf que ma nounou a des enfants scolarisés dans la même école).
  • se battre contre les poux
  • découvrir que son bébé apprend les lettres, les chiffres, les formes - et bien sur le découvrir par hasard vu qu'elle dit toujours qu'elle "fait rien" à l'école.
  • faire confiance à l'équipe enseignante. Ce n'est pas si évident, d'autant plus que nous avions entendu beaucoup de mal de l'école où va Fleur et de son institutrice. La journée de rentrée s'était mal passée et nous partions avec un a priori plutôt négatif qui disait "si on voit que ça se passe mal, on la change d'école l'an prochain". Et finalement? Elle restera dans son école! Peut-être qu'on aurait aimé que l'équipe soit un peu plus à l'écoute, peut-être qu'on aurait aimé des pédagogies alternatives, peut-être qu'on aurait aimé qu'elle commence l'apprentissage de l'anglais dès la maternelle comme cela se fait dans certaines écoles privées. Mais Fleur se sent bien où elle est. Les premières semaines ont été difficile. Il lui a fallu appréhender son environnement, identifier les personnes à qui elle pouvait s'adresser, mais maintenant tout roule et c'est l'essentiel.
Retour à l'accueil